Je tiens à m'excuser pour le manque de mises à jour sur le blog mais en ce moment je suis prise par un travail qui me prend beaucoup de temps. 
Une fois celui-ci fini, je ferai  en sorte de me consacrer davantage à mon blog. 

Eragon 4

Résumé :
Pourquoi Galbatorix, l’usurpateur, ne détruit-il pas l’armée en marche vers sa capitale? Pourquoi laisse-t-il les Vardens et leurs alliés poursuivre leur conquête de ses places fortes? Certes, les soldats et les magiciens de l’Empire se défendent, mais les Vardens ont avec eux Eragon et Saphira qui font des ravages dans les rangs ennemis. Cependant, leur avancée se trouve dramatiquement stoppée: c’est Eragon qui doit prendre la tête des armées rebelles. Or, le garçon est loin de se sentir prêt pour une telle responsabilité…

(Source: Bayard Jeunesse)

 Mon avis :

Ce tome achève avec brio une saga d’héroïc fantasy de qualité. Cependant, je dois avouer que j’ai eu du mal à me replonger dans l’univers de l’Alagaësia. Le temps de parution entre chaque tome était long, du coup, j’ai un peu oublié les évènements des tomes précédents.

L’Héritage commence sans attendre, on est immédiatement plongé au cœur de la bataille. J’ai bien aimé ce début rapide et dynamique, mais malheureusement, tout le tome n’est pas ainsi. Il y a certaines longueurs, des chapitres qui, selon moi, ne servent pas à grand-chose. Ils n’apportent rien à l’histoire. Je ne donne pas de détails pour ne pas spoiler, je pense que vous devinerez facilement de quels chapitres il est ici question. 

Le style littéraire de C. Paolini est assez particulier. Pas désagréable, mais ce n’est pas un style fluide. Les scènes d’action sont ralenties par des descriptions longues, minutieuses, qui encore une fois, n’apportent pas énormément à l’histoire. Ce souci du détail n’est pas un mal mais il est mal intégré au récit. 
Voilà globalement les reproches qui me viennent à l’esprit concernant le livre.

Les personnages ont bien évolué, l’auteur jongle entre différents points de vue. Je suis assez friande des histoires qui nous livrent la vision de différents personnages, le récit est alors plus complet. Eragon, Arya, Roran, Nasuada et les autres ont bien changé et c’est toujours un plaisir de les retrouver. Eragon est parfois agaçant, on a envie de la secouer un peu mais globalement, il s’en sort plutôt bien. 

Ce tome offre des batailles intéressantes, l’auteur fait preuve d’imagination et a des idées inhabituelles. La grande force de C. Paolini est cette capacité qu’il a de nous entrainer dans son monde, dans cette contrée qu’il a lui-même imaginée de toute pièce. Tout est permis, il ne s’interdit rien.

Niveau révélations, le roman est très bien. On en apprend encore davantage sur les personnages, j'ai vraiment apprécié. On a l'impression de les redécouvrir, du coup on a pas ce sentiment de tout connaitre sur eux, d'avoir beaucoup à apprendre encore.
Mais le livre ne dévoile pas tout, certains personnages restent mystérieux, je pense à l'énigmatique Angela.  

Mais ce que l’on attend et que l’on peine à voir venir c’est le dénouement. L’auteur laisse quelques pistes mais on n’est jamais certain d’avoir deviné la fin. C'est lors des 2 derniers chapitres que l'on comprend.  L’Héritage offre une conclusion émouvante et inévitable. Je ne me rappelle plus avec précision la prédiction faite par Angela dans le tome 1 mais je sais que celle-ci est respectée. 

La fin pourra en surprendre certains, mais je suis certaine qu’elle satisfera tout le monde. La conclusion tient toutes ses promesses. 

Le style de l’auteur n’est pas parfait mais il se laisse lire assez aisément. La force de cette saga c’est tout cet univers et ses créatures. L’auteur a su créer un univers complet avec talent. Je recommande vraiment Eragon à tous les fans de fantasy. Je pense que c’est une saga à ne pas louper.

 

Petite info: Au cours d'une interview, C. Paolini a révélé qu'il n'en avait pas fini avec le monde de l'Alagaësia. Il espère pouvoir écrire d'autres romans se déroulant dans ce royaume, mais Eragon n'en sera pas le héros. 
Encore une fois, tout ceci est hypothétique.