fievre-noir-macan1

Résumé :
"Ma philosophie tient en quelques mots : si personne n'essaie de me tuer, c'est une bonne journée. Autant vous dire, ça ne va pas très fort, depuis quelques temps. Depuis la chute des murs qui séparaient les hommes des faes. Pour moi, un bon fae est un fae mort. Seulement, les faes Seelie sont moins dangereux que les Unseelie. Ils ne nous abattent pas a vue. Ils préfèrent nous garder pour... le sexe.
Au fait, je m'appelle MacKayla Lane. Mac pour les intimes.
Je suis une sidhe-seer.

La bonne nouvelle : nous sommes nombreux.
La mauvaise : nous sommes le dernier rempart contre le chaos."

(Source : Booknode)

Fièvre Rouge

Résumé :
La vie bien tranquille de MacKayla Lane bascule complètement quand elle se retrouve sur les côtes de l’Irlande et est plongée dans un royaume obscur et mortel totalement différent de ce qu’elle avait imaginé. Pour sauver sa vie, Mac doit trouver le Sinsar Dubh, un livre vieux d’un million d’années de la magie la plus noire que l’on puisse trouver et qui recèle la clé pour dominer le monde des hommes et des Fae. Poursuivie par les assassins Fae, cernée par de mystérieux personnages auxquels elle ne peut pas faire confiance, Mac se retrouve partagée entre deux hommes aussi irrésistibles et dangereux l’un que l’autre : V’lane, le Fae insatiable qui peut transformer le désir sexuel en une obessession chez une femme et le toujours énigmatique Jericho Barrons, un homme aussi attirant que mystérieux...

Depuis des siècles, le royaume des ombres Fae a cohabité avec celui des hommes. Mais maintenant les murs entre eux s’effondrent et Mac est le seule qui peut s’y opposer...

(Source : Booknode)

Mon avis :

Ces derniers temps, j’ai découvert une série sortie il y a quelques années. Je veux parler des Chroniques de MacKayla Lane (Fièvre pour faire court).

Cette série prend pour base notre monde, l’action se déroule en majeure partie à Dublin, superbe ville irlandaise. Seulement, ici, notre monde est peuplé d’humains qui cohabitent, souvent sans le savoir, avec des faës, créatures surnaturelles aux pouvoirs terrifiants.
Cet ancrage dans le réel facilite la représentation et nous  immerge complètement dans l’univers imaginé par Karen Marie Moning.

L’histoire de départ est celle d’une jeune femme qui cherche avant tout à venger sa sœur, qui vient d’être assassinée. Mais voilà, rien ne se passe comme prévu. Mac plonge dans un monde dont elle ignore tout. Heureusement pour elle, elle va se faire des alliés plutôt puissants.
On bascule ainsi dans le fantastique.
Tout tourne autour d’un certain livre, le Sinsar Dubh, qui contient de la magie noire. On en sait très peu dans le premier livre mais on en apprend plus par la suite.
Mac a un lien particulier avec le Sinsar Dubh, lien qui se révèlera utile par la suite.

L’héroïne, Mac, m’a tout d’abord fait peur, dans le sens où elle est décrite comme une jeune femme blonde, plus préoccupée par son apparence qu’autre chose. Du coup, je m’attendais à avoir une héroïne assez insupportable, plutôt écervelée. Et bien pas vraiment. Oui, Mac aime prendre soin d’elle, mais dès qu’elle découvre qui elle est, elle change profondément. Elle a d’abord du mal à comprendre tous les enjeux, mais peu à peu, elle ouvre les yeux sur ce qui constitue sa nouvelle réalité, c’est-à-dire un monde plein de faës.
Pour cela, elle est aidée par Jéricho Barrons, un homme mystérieux dont on ne sait pas grand-chose.  Leur collaboration ne commence pas très bien mais ils finissent par former un duo qui marche bien. Il y a une certaine tension entre eux, tension que l’on pourrait qualifier de sexuelle. On sent qu’il y a quelque chose, l’auteur nous fait attendre et … non, il faudra encore attendre.
Ils jouent un peu au chat et à la souris. C’est ce qui fait que leur duo fonctionne bien. Le lecteur est conquis.
Il y a aussi Vlane, un prince faë, prince de volupté fatale. Chacune de ses apparitions rend Mac pleine de désirs. J’aime bien les passages entre Mac et Vlane, ce sont ceux où on en apprend le plus. On découvre ainsi le monde faë.

Le premier tome est une mise en place de la série. Tous les éléments sont expliqués, ainsi le lecteur n’est pas perdu. Il y a même, à la fin du livre, un ensemble de définitions.
Le second tome introduit de nouveaux personnages qui  viennent enrichir l’histoire. On en apprend plus sur les sidhe seers, ces humaines capables de voir les faës.
Le rythme de ces livres est plutôt lent au début mais tout s’accélère pour nous conduire vers une fin toujours pleine de suspense.

L’écriture est originale. C’est écrit de façon à donner le sentiment que c’est Mac qui nous raconte son histoire. Tous ses états d’âme, ses ressentis sont retranscrits avec beaucoup de précisions. On s’attache très vite à Mac, on prend un grand plaisir à la suivre.
Ce style d’écriture nous immerge encore plus dans le récit, on plonge au cœur du monde faë avec Mac.

 

Je remercie les personnes qui m’ont fait découvrir cette série que je ne peux que vous recommander. Moi qui n’avais pas tellement accroché aux faës dans l’Echange (de Brenna Yovanoff), j’ai été agréablement surprise ici. Karen Marie Moning a vraiment imaginé un monde complexe et très intéressant.