Rift, Andrea Cremer

Résumé :
Chronicling the rise of the Keepers, this is the stunning prequel to Andrea Cremer's internationally bestselling Nightshade trilogy! Sixteen-year-old Ember Morrow is promised to a group called Conatus after one of their healers saves her mother's life. Once she arrives, Ember finds joy in wielding swords, learning magic, and fighting the encroaching darkness loose in the world. She also finds herself falling in love with her mentor, the dashing, brooding, and powerful Barrow Hess. When the knights realize Eira, one of their leaders, is dabbling in dark magic, Ember and Barrow must choose whether to follow Eira into the nether realm or to pledge their lives to destroying her and her kind.

(Source: http://www.nightshadebook.com/)

Traduction perso :
Racontant l’ascension des Gardiens, voici l’époustouflante préquelle à la trilogie bestseller internationale Nightshade d’Andrea Cremer. Ember Morrow, âgée de 16 ans, est promise à un groupe appelé Conatus après qu’un de leur soigneur ait sauvé la vie de sa mère. Une fois arrivée, Ember trouve satisfaction dans le maniement des épées, l’apprentissage de la magie et dans la lutte contre la vague d’obscurité qui envahit le monde. Elle tombe également amoureuse de son mentor, l’élégant, le sombre et puissant Barrow Hess. Quand les chevaliers réalisent qu’Eira, une de leurs leaders, s’essaye à la magie noire, Ember et Barrow doivent choisir s’ils suivent Eira dans le royaume des ténèbres ou s’engagent à la détruire elle et son espèce. 

 

Mon avis :

Andrea Cremer remonte loin dans le temps pour nous offrir un récit sur les origines des évènements de la trilogie Nightshade.
On quitte l’univers des meutes pour atterrir dans un cadre moyen-âgeux, avec des chevaliers.

L’auteur fait le choix d’écrire son récit selon deux points de vue. Celui d’Ember, une jeune femme qui rêve de s’émanciper de la tutelle de son père et qui voit dans l’arrivée des chevaliers de Conatus un moyen de réaliser son souhait. Malgré quelques défauts, c’est une héroïne attachante.  Puis nous avons celui des sœurs Cian et Eira. Toutes deux sont évoquées par Silas dans le second tome de Nightshade. Très proches au début, on observe cependant des divergences d’opinion entre elles. 
Ces deux points de vue place le lecteur dans une position omnisciente. On voit les choses arriver avant les protagonistes, ce qui accroit fortement la tension du récit. Tout se dessine peu à peu, le lecteur voit les évènements arriver et se retrouve impuissant face à tout ça. C’est addictif, on tourne les pages pour avoir les réponses aux questions qu’on se pose.
Le découpage des chapitres vient renforcer cette idée. Le suspense et la tension sont omniprésents.

Contrairement à la première trilogie qui contenait pas mal d’action, ici, je parlerai davantage d’une succession d’évènements. On assiste peu à peu à des bouleversements au sein de l’ordre, dans les relations entre les personnages. Tout est bien amené, l’auteur parvient à dessiner progressivement cette rupture à l’origine de la division entre les Chercheurs et les Gardiens. Dans un univers bien ordonné, le mal s’insinue peu à peu de manière sournoise.
A tous ces éléments, Andrea Cremer ajoute une touche de romance. Celle-ci se mêle parfaitement au reste de l’histoire et apporte son lot de complications.

Les personnages, le cadre… tout est bien pensé pour servir le récit. L’auteure a imaginé tous les éléments nécessaires sans en faire trop. Rift est une lecture très agréable qui apporte des éléments de compréhension supplémentaires sur la saga Nightshade, mais rien de bien indispensable non plus. Le lien entre les deux sagas est assez flou mais il se dessine peu à peu.
Vivement le second tome pour avoir le fin mot de l’histoire.