Le Joyau Amy Ewing

Résumé :

Vous êtes plus précieuse que vous ne le pensez...
La nouvelle trilogie événement de l'éditeur américain de La Sélection, vendue à plus de 50 000 exemplaires tous tomes confondus !

Vous êtes plus précieuse que vous ne le pensez.

Le Joyau, haut lieu et cœur de la cité solitaire, représente la richesse, la beauté, la royauté.
Mais pour une jeune fille pauvre comme Violet Lasting, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n'importe laquelle : Violet a été formée pour devenir Mère-Porteuse. Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance...
Achetée lors de la Vente aux Enchères par la Duchesse du Lac, Violet – le lot 197, son nom officiel – va rapidement découvrir la réalité brutale qui se cache derrière l'étincelante façade du Joyau. S'exercer à la cruauté, à la trahison et aux coups bas est la distraction favorite de la noblesse. Violet doit accepter son sort et tâcher de rester en vie.
C'est pourtant dans ce sinistre quotidien qu'elle tombe amoureuse d'un séduisant garçon, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Cette relation interdite vaudra aux jeunes amants d'affronter les plus grands des dangers...

(Source : Collection R

Mon avis :

Les nombreux avis mitigés sur Le Joyau m’ont légèrement refroidie et le livre est resté un petit moment dans ma PAL. J’ai bien fait cependant de ne pas me laisser décourager puisque j’ai beaucoup aimé cette lecture. Il y a des défauts mais l’ensemble est très bon.

Le Joyau est une dystopie qui va, malheureusement, souffrir de ressemblances avec d’autres romans bien célèbres du genre. Très vite, j’ai pensé à Hunger Games. La distinction entre le joyau, cœur de la ville et zone la plus riche, et les régions autour de celui-ci m’a tout de suite fait penser au Capitole et aux Districts. On retrouve cette idée d’une division qui a l’ascendant sur les autres. Et cette ressemblance avec la saga de Suzanne Collins se poursuit avec le personnage de Lucien qui est une copie de Cinna. Son attitude, ses actions, tous les deux sont les préparateurs de l’héroïne, bref, les points communs entre ces deux personnages sont nombreux. J’ai également pensé à Divergent avec cette façon de catégoriser les gens selon leur profil. Certains seront agriculteurs, d’autres travailleront en usine, certaines filles seront mères porteuses… J’ai eu le sentiment de retrouver les factions créées par Veronica Roth.

Bon, j’avoue que dit comme ça, ça ne donne pas vraiment envie. Mais ne vous arrêtez pas à ça. L’univers imaginé par Amy Ewing est fascinant et très intrigant. Le Joyau est un monde de faux semblants où tout est dans le paraitre. J’ai pris un réel plaisir à évoluer dans cette société, rongée par  toutes ces intrigues, ces complots. Tous les coups sont permis, y compris les plus sales, et croyez-moi, certaines personnes ne s’en privent pas. L’auteure réserve de nombreuses surprises et certains personnages ne révèlent vraiment surprenants. Ne prenez rien pour argent comptant, le Joyau a vraiment de quoi vous étonner.
Malgré des similitudes avec des univers connus, Le Joyau se montre bien plus complexe qu’on ne le pense.

L’auteure a une écriture très vive et très agréable à lire. Elle retranscrit parfaitement cette atmosphère où rien n’est ce qu’il parait. C’est très dynamique comme histoire et on tourne les pages très facilement. J’ai difficilement lâché le livre, je tenais à savoir ce qui allait arriver. Tout est possible et c’est très captivant.
De plus, je trouve que l’auteure traite avec intelligence d’un sujet un peu délicat. Le fait de vendre des jeunes filles pour en faire des mères porteuses m’a légèrement mise mal à l’aise mais l’auteure s’en sert avec justesse et finesse.

Violet est une héroïne sympathique mais j’avoue ne pas avoir toujours compris son comportement. Par moment, elle va faire des choses très bien et la fois suivante, on ne sait pas pourquoi elle va faire une ânerie, qui va lui couter plutôt cher par la suite. Elle peut se montrer très courageuse mais aussi très irréfléchie par moment. Elle met un peu de temps à prendre les choses en mains mais quand elle se décide à agir, je trouve qu’elle s’en sort assez bien. Elle prend des initiatives. J’ai hâte de voir jusqu’où elle est prête à aller.
Ash est mignon tout plein, on sent qu’il a une histoire difficile mais je n’ai pas réussi à m’attacher à lui plus que ça. On en sait assez peu sur lui au final.
La romance imaginée par l’auteure ne m’a pas du tout convaincue. Le coup de « love at first sight » m’a fait lever les yeux au ciel.

Mais bon, je suis plutôt curieuse et la façon dont les choses se terminent me donne terriblement envie de savoir ce qu’il va advenir d’eux.

La duchesse a beaucoup attiré mon attention. Elle a un comportement odieux mais elle peut aussi se montrer tout à fait charmante et très attentionnée. C’est le genre de personnage ambigu et envoûtant. Je pense qu’on peut s’attendre à pas mal de choses avec une femme pareille.

Je me suis totalement laissée porter par cette lecture dont les échos plutôt négatifs m’avaient fait un peu peur. Au final, Le Joyau est une dystopie intéressante, qui réussit peu à peu à se distinguer. Sans pour autant venir révolutionner le genre, Le Joyau offre un très bon moment de lecture.