salmacis-tome 2-l'âme-soeur Emmanuelle de Jesus

Résumé :

Elle s’appelle Faustine Sullivan. Elle a 17 ans. Et jusqu’à sa rencontre avec Andrea Salvaggi, elle avait toujours vécu dans l’ombre de Sasha, son frère jumeau… Depuis, tout a changé. Faustine s’est découvert une passion, l’escalade, où elle excelle. Une passion qui en a entraîné une autre, inattendue, invraisemblable. Cet amour aurait dû être simple, léger, innocent, l’amour de deux jeunes gens qui ont la vie devant eux. Mais ce qui unit Faustine à Andrea, c’est un amour fou, dévorant, absolu. Un amour qui ne laisse pas de place à l’erreur. Car une terrible malédiction frappe Andrea. Il ne peut accorder son amour qu’à un être. Un seul. S’il se trompe, si Faustine n’est pas celle qui lui était destinée, elle en mourra…

(Source : Lecture Academy)

Mon avis :

Je ressors mitigée de cette lecture. J’ai trouvé ce second tome vraiment lent et la malédiction de Salmacis passe au second plan. Un entre deux qui souffre malheureusement des défauts de tous ces tomes intermédiaires.

Le final du tome 1 nous laissait en plein suspens concernant la décision de Faustine (même si on se doute de son choix). Je m’attendais donc à ce que celle-ci soit au cœur de ce tome mais finalement pas vraiment.
La première moitié du roman se concentre sur la compétition sportive entre les écoles. D’accord, pourquoi pas. Mais quel rapport avec l’intrigue ? Je n’ai pas saisi le but de cette première partie. Ce n’est pas inintéressant mais elle occupe toute une moitié du roman et ne fait guère avancer l’histoire.
Tout se concentre dans la suite, que j’ai trouvé bien mieux, même si un peu facile. On retrouve l’histoire autour de la malédiction de Salmacis et c’est toujours aussi passionnant. De nouveau, les derniers chapitres sont riches en bouleversements. J’ai bien aimé le final, même s’il fait un peu « téléphoné ». On le sent plus ou moins arrivé. J’ai envie toutefois de laisser sa chance à l’auteure et de voir où elle va nous emmener maintenant.

Entre Faustine et moi, c’est simple, on ne s’aime pas. Elle a des sautes d’humeur sans arrêt, elle joue un peu à la « petite princesse » et se montre assez égocentrique. Bref, que du bonheur. Je n’arrive pas à éprouver la moindre empathie pour elle. Elle a une attitude plutôt désagréable vis-à-vis de ses amis. Le « succès » lui monte clairement à la tête.
Andréa est chou mais il n’est pas tellement mieux. J’ai du mal avec ce personnage. Il ne me fait pas rêver.
Un des personnages qui m’intriguent, Meliel. Le jeune homme me plait beaucoup. Il est très dévoué à Faustine et Andréa, il est vraiment prêt à tout pour eux. J’aime bien aussi son attitude franche et directe avec la famille d’Andréa, qui le mérite amplement.

Une lecture pas parfaite mais qui possède son charme malgré tout. L’écriture de l’auteure est très séduisante  et donne envie de découvrir la suite. L’idée de base est très originale, dommage qu’elle ne soit pas davantage exploitée. Si suite il y a, je pense lui donner sa chance.