Une Braise sous la Cendre_Sabaa Tahir

Résumé :

"Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l'école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t'écraserai."

Autrefois l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l'empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d'écrire s'expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté... et sauver ceux qu'ils aiment.

(Source : PKJ)

Mon avis :

Une Braise sous la Cendre fait partie de ces romans qu’il est impossible de poser une fois commencé. Un univers envoûtant, des personnages charismatiques…un excellent cru signé PKJ. 

Le roman commence fort, l’auteure nous met rapidement dans l’ambiance. Ça s’annonce sombre et puissant. Il y a une telle atmosphère dans ces pages... Toutefois, l’intrigue nécessitera un peu de temps avant de démarrer. Au cours des premiers chapitres, nos deux protagonistes évoluent séparément. Sabaa Tahir pose les bases de son histoire. Bien qu’impatiente de les voir réunis, j’ai trouvé particulièrement intéressant et habile la façon dont les deux destins se rejoignent. Une fois fait, c’est un déferlement de péripéties. L’alternance des points de vue entre Elias et Laia permet à l’auteur de maintenir un suspens constant et d’accrocher son lecteur, surtout quand ils ne se répondent pas immédiatement. Chaque chapitre amène son lot de bouleversements et s’achève par un cliffhanger, ce qui rend impossible le fait de poser le roman. Au fil des pages, des complots sont dévoilés, des destins se construisent et on comprend bien vite que les événements dépassent les deux héros.

J’évoquais l’atmosphère, celle-ci est particulièrement sombre. Il y a une vraie noirceur, plus marquée que dans certains YA. On n’a pas ce côté édulcoré que l’on trouve souvent en fantasy YA. L’auteure aborde la violence sans tabous. Sans aller jusqu’à dire que j’en raffole, je trouve que c’est un vrai plus qui donne une dimension supplémentaire à ce roman. Plus de réalisme, de crédibilité.

Le roman fait également un sans-faute avec ses personnages. Elias, jeune soldat d’élite, remet en doute son enseignement et manifeste un désir de liberté. Sur le point de déserter, il voit ses plans contrecarrés. Le jeune homme m’a tout de suite plu, il se pose les bonnes questions et est foncièrement bon. Il prend de gros risques pour ses amis. Il fait preuve d’un vrai leadership qui fait qu’on le suit volontiers. Par ailleurs, je l’avoue, son côté naïf et innocent en matière de sentiments ne le rend que plus attachant. Il est aveugle face à ce qui l’entoure et cela m’a beaucoup fait rire. Continue comme ça Elias, t’es le meilleur. ^^
Laia a mis plus de temps à me convaincre. Elle n’est pas dénouée d’un certain courage, elle accepte d’intégrer Blackcliff comme esclave pour aider la Résistance, mais je trouve qu’elle s’apitoie beaucoup sur son sort. Néanmoins ça ne dure pas, Laia évolue au fil des épreuves et n’en devient que plus intéressante. D’autres personnages valent qu’on s’attarde. Je pense à Helen, jeune soldat elle aussi. Elle force l’admiration par son courage et son talent. Seule fille parmi une promo de garçons, Helen parvient à leur tenir tête. Je lui reprocherai toutefois une trop grande confiance dans les règles. J’aimerais vivement qu’elle s’en affranchisse par la suite. Keenan aussi a fait sa petite impression. Il est cependant trop tôt pour avoir un avis définitif. 
Enfin, je ne pouvais pas évoquer les personnages sans parler de La Commandante. Si certains personnages avaient pu paraître impitoyables à mes yeux, ce n’est rien comparés à cette femme. La Commandante est odieuse, s’en est presque inhumain. Et dire qu’elle est la mère d’Elias. Ils sont si différents. La Commandante est un personnage qu’on déteste et pourtant on ne peut s’empêcher d’être fasciné. La suite promet.

L’écriture de Sabaa Tahir m’a complètement immergée dans ma lecture. Elle apporte un soin particulier aux détails et nous conduit au cœur de l’action. J’avais vraiment le sentiment d’être avec les personnages. Elle n’a pas peur des mots et sait les adapter pour coller au mieux aux situations, ce qui rend la lecture très vivante. Même si pour l’instant, l’intrigue s’est cantonnée à Blackcliff et ses environs, j’ai voyagé au fil des pages. Il me tarde maintenant de découvrir le reste de l’Empire.


Voyez, il reste tant à découvrir ;)
(Source : *)

Je mentionnerai rapidement la romance. Celle-ci nous entraîne dans une géométrie amoureuse peu commune qui vient compliquer le tout. J’espère que l’auteure gardera le cap un temps avant de nous présenter son choix. Je n’ai pas de préférence. Je laisse l’auteure nous mener où elle veut.

Je pense que vous l’aurez compris, j’ai vraiment aimé ce roman. Une Braise sous la Cendre est tout ce que j’aime dans la fantasy. J’ai vraiment hâte de découvrir la suite. 
Si ce n’est pas déjà fait, je vous invite vivement à tenter l’aventure. Vous ne le regretterez pas.