Gardiens des Cités Perdues #1_Shannon Messenger

Résumé :

Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’Histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde.

Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ?

Un premier roman baigné de magie, dont la fantaisie et le sens du suspense font des miracles, et où éclate le talent indéniable de Shannon Messenger. Un nom à retenir !

(Source : Editions Lumen)

Mon avis :

Là tout de suite, c’est le vrac dans ma tête pour vous parler de ce livre tellement je suis partagée. Tout n’est pas mauvais, loin de là, seulement j’ai clairement l’impression de ne pas être la cible de ce roman. Je suis bien contente d’avoir eu Bookish Girl à mes côtés pour progresser dans cette lecture commune.

Un monde rempli de magie, d’elfes et de créatures toutes plus étranges les unes que les autres…tout ça était très alléchant et annonçait de bonnes choses. Il m’a malheureusement fallu revoir à la baisse mes attentes.
En lisant Gardiens des Cités Perdues, j’ai eu l’impression de me replonger dans Harry Potter. Mais une version de moins bonne qualité. Je ne m’amuserai pas à citer toutes les ressemblances, elles sont nombreuses. Sophie vit parmi les humains mais s’est toujours sentie en décalage. Lors d’une visite au musée, elle va croiser Fitz, un beau jeune homme, qui va lui apprendre qu’elle est une elfe. Sophie doit alors abandonner sa famille pour découvrir le monde d’où elle vient et intégrer la prestigieuse école de Foxfire. Ça ne vous rappelle rien ? Un jeune sorcier…Poudlard ? Avouez que c’est troublant ?! Sans compter le sport pratiqué par les élèves, sport qui fait beaucoup penser au Quidditch…etc.


Ca laisse songeur, n'est ce pas Sam ?

Je trouve dommage que l’auteure n’ait pas réussi à se détacher davantage de cet univers, ça fait pâle copie. Et c’est d’autant plus dommage que Shannon Messenger a construit un univers pittoresque et plaisant. L’idée de reprendre les mythes et légendes autour de célèbres cités disparues (Shangri La, L’Atlantide…) et espèces animales, comme les dinosaures, est excellente. J’ai trouvé ça « décalé » et plutôt bien trouvé. Cela donne des points de repères, des éléments connus que l’on prend plaisir à retrouver distillés au fil des pages. Ici, l’auteure a créé toute une histoire pour expliquer leur disparition et comment le monde des Elfes s’est détaché du nôtre. C’était une très bonne base, malheureusement peu exploitée, au détriment de ressemblances avec des classiques.

Les personnages non plus ne m’ont pas aidée à m’immerger dans l’histoire. J’aurais voulu ressentir de la peine pour Sophie mais elle m’aura finalement plus inspirée de la colère qu’autre chose. Tout d’abord elle accepte ce qui lui arrive beaucoup trop facilement. Un inconnu l’aborde et lui dit qu’elle est une elfe et elle réagit à peine. Quelques doutes qui seront vite balayés. Par la suite, elle traversera de nombreuses sautes d’humeur. Pas toujours évident d’être un prodige au pays des elfes apparemment. Elle apparait comme une gamine capricieuse et ses réactions sont disproportionnées et/ou tellement injustes. Pauvres tuteurs. Cela dit, Shannon Messenger décrit là avec talent l’âge ingrat de l’adolescence ^^
Dans la bande d’amis, je sais que Bookish Girl a une préférence pour Dex. Il est fort sympathique ce garçon, seulement la mienne va à Keefe. Le jeune elfe apportait une touche d’humour et de fraicheur plus que bienvenue. Et Fitz…on sent le love interest à plein nez. Si la romance est très peu évoquée ici, nul doute qu’elle grandira au fil des tomes.


Tous des lovers ces elfes ^^'

Mon principal souci avec ce livre est en fait son côté très jeunesse, où tout est très beau, a très bon goût...et ainsi de suite. Cela donne une forte impression de naïveté finalement. Tout est très simpliste, y compris l’intrigue. Celle-ci laisse planer le doute un bon moment mais la résolution est bien rapide et n’a rien de bien inattendu quand on regarde attentivement. Ou encore, le moment où on aurait pu avoir un peu d’action, il ne se passe rien car Sophie est dans les vapes les trois quarts du temps. On passe à côté de plein de choses dans ce livre. Et je ne parle pas des blagues et traits d’humour qui ne m’ont pas vraiment fait rire. Mais ça, je veux bien que ce soit lié à mon âge. Peut-être aurais-je apprécié si j’avais lu le roman plus jeune.  Toutefois, le fait d’avoir des héros adolescents ou de s’adresser à un jeune public ne justifie pas tout, notamment tous les clichés. Et cela ne signifie pas non plus que tout doit forcément être rose et se finir pour le mieux dans le meilleur des mondes. Evidemment, je ne fais qu’exprimer mon avis. Ce n’est qu’un premier tome alors qui sait, la suite est peut-être plus mature. Je ne demande que ça.

Je m’excuse si ma chronique vous déplait ou vous paraît injuste. Croyez bien que je suis la première déçue quand je n’apprécie pas un roman, surtout quand il est si bien noté et qu’il y a un joli potentiel. Potentiel qui ici, et ça me chagrine, est éclipsé par le côté très jeunesse du roman. Là tout de suite je ne rejoindrai pas la cohorte de fans de Gardiens des Cités Perdues. Mais je reste ouverte et il se pourrait que je donne sa chance à la suite, qui attend dans ma PAL.


Retrouvez l'avis de Bookish Girl :