The Hazel Wood_Melissa Albert

Résumé :

Seventeen-year-old Alice and her mother have spent most of Alice's life on the road, always a step ahead of the strange bad luck biting at their heels.

But when Alice's grandmother, the reclusive author of a book of pitch-dark fairy tales, dies alone on her estate - the Hazel Wood - Alice learns how bad her luck can really get.

Her mother is stolen, by a figure who claims to come from the cruel supernatural world from her grandmother's stories.

Alice's only lead is the message her mother left behind: STAY AWAY FROM THE HAZEL WOOD.
To retrieve her mother, Alice must venture first to the Hazel Wood, then into the world where her grandmother's tales began . . .

(Source : Penguin.co.uk)

Mon avis :

Malgré une atmosphère et une idée de base très prometteuses, ça ne l’a pas fait pour moi. J’ai eu bien du mal avec The Hazel Wood.

Je me suis lancée dans cette lecture pleine de bonne volonté, l’idée même du roman me plaisait beaucoup. Alice a toujours vécu sur la route avec sa mère. Quand, enfin, elles peuvent se poser et commencent à construire quelque chose, le sort s’acharne. La mère d’Alice disparait. Le seul indice est une note avertissant celle-ci de se tenir éloignée des Hazel Wood. Avide de connaître la vérité, la jeune femme n’en fera qu’à sa tête et partira à la découverte de ce lieu entouré de secrets.


Mouais...pas des plus rassurants tout ça :/

Avant de tout critiquer et de râler, je dois souligner que j’ai énormément aimé toute la partie autour des contes de fées. On est bien loin des histoires où tout est bien qui finit bien. Attendez-vous plutôt à une ambiance dark, façon conte des frères Grimm. Rien de tendre ou de gentil avec ces récits peuplés de personnages tous plus effrayants et dérangeants les uns que les autres. Sur ce point, Melissa Albert fait très fort. J’ai notamment adoré les chapitres qui correspondent aux contes. Ils avaient quelque chose de fascinant. De tout ce qui compose ce roman, ce sont les seuls éléments que je retiendrai.

Car autrement, il ne se passe pas grand-chose dans ces pages. Le rythme est vraiment lent tout du long. J’ai espéré que ça finisse par changer et que l’histoire prenne un tout autre tournant et, finalement, on m’a bien fait comprendre que ce serait identique jusqu’à la dernière page. La quête d’Alice n’est pas sans intérêt, le danger et une bonne dose de mystère sont présents, mais bien souvent le tout était balayé et trop rapidement esquissé. On manquait d’explications pour créer cette implication dans la quête d’Alice. Tout lui semblait si évident, ce qui m’a plusieurs fois laissée perdue. Je ne sais pas, je ne suis vraiment pas rentrée dedans.


Toi aussi, tu n'es pas convaincu ?

Peut-être aussi est-ce dû à Alice, que je n’ai pas vraiment apprécié, disons-le. Je l’ai trouvée particulièrement pénible et égoïste. Elle n’a qu’une obsession, retrouver sa mère, et ce peu importe si ça nuit à ceux qui l’entourent. Je pense surtout à Finch, le seul personnage que j’ai vraiment apprécié dans ces pages. Il faisait très lumineux et digne de confiance dans cet univers sombre et cruel. J’ai trouvé Alice tellement injuste avec lui. Argh, elle m’a énervée !!

Je ne suis pas mécontente d’avoir donné sa chance à cette lecture pour toute la partie autour des contes de fées. L’aura très noire créée par l’auteure participe vraiment à la puissance du récit. C’est le reste qui me laisse dubitative. Une suite est en projet néanmoins je ne pense pas continuer cette série. N’ayant pas plus accroché que ça, je préfère passer mon tour.