Panic_Lauren_Oliver

Résumé :

"Les règles de Panic sont simples. Tout le monde peut participer. Mais il n’y aura qu’un seul vainqueur."

Carp, une petite ville minable de l’État de New York. Chaque été, tous ceux qui viennent de terminer le lycée peuvent participer à « Panic », une succession d’épreuves plus dangereuses les unes que les autres. L’enjeu est de taille : une cagnotte de plus de cinquante mille dollars. Personne ne sait qui a inventé ce jeu, ni qui en fixe les règles. Cet été, Heather entre dans la compétition par dépit amoureux, Elle pourrait, si elle gagne, quitter le mobile-home sordide où elle vit avec une mère paumée et droguée, et emmener avec elle sa sœur, Lily. Dodge, lui, a une autre raison de participer au Jeu de la Peur : venger sa sœur, qui a fini dans un fauteuil roulant, après une épreuve d’une précédente session de Panic.
Manipulations, trahisons, révélations : cet été sera celui de tous les dangers.

(Source : Babelio)

Mon avis :

Je ressors déçue par cette lecture qui me laisse un goût amer. Le résumé me tentait beaucoup. Il était très prometteur et laissait envisager de bons moments de lecture. Au final, on en est bien loin.

Je m’attendais à trembler pour les personnages, à être scotchée par cette lecture et donc incapable de reposer le livre. Mais pas du tout. Tout dans ce roman est « édulcoré ». J’ai eu l’impression que l’auteure n’osait pas aller au bout des choses. On reste en surface, on effleure tout juste les événements. Il y avait de réelles possibilités, de quoi faire vibrer le lecteur… mais tout est atténué. Lors de l’épreuve individuelle d’Heather, la tension monte beaucoup mais l’auteure ruine tout. Le mot est un peu fort mais il exprime parfaitement ma déception face à ce que je lisais.
Ce roman part un peu dans tous les sens et du coup rien n’est approfondi. L’auteure tente de nous donner des informations sur le jeu, de nous faire découvrir la vie des personnages… on s’éparpille beaucoup et  l’histoire en pâtît.

Et ce ne sont pas les personnages qui ont remonté le niveau. Je n’ai ressenti aucun attachement pour eux. Heather, l’héroïne, m’a tout bonnement énervée pendant cette lecture. Elle ne sait pas ce qu’elle veut, elle reproche beaucoup de choses aux autres alors qu’elle-même n’est pas irréprochable. Elle aurait pu m’émouvoir avec son histoire familiale mais non, je suis restée hermétique. Elle n’inspire vraiment pas la sympathie.
Quant à sa meilleure amie, n’en parlons pas. Elle n’a absolument aucune personnalité.

Panic est un roman qui ne tient pas ses promesses. Il apparait très inachevé. Je suis d’autant plus dure avec ce livre que j’avais adoré la trilogie Delirium.