Paranoia_Melissa_Bellevigne

Résumé :

Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l’experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent et que la date de l’accouchement approche, la vérité semble s’éloigner.

(Source : Lecture Academy )

Mon avis :

Je remercie les éditions Hachette et Netgalley France pour cette lecture. Une fois commencé, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce roman.

Le sujet m’intéresse beaucoup. Tout ce qui touche à la psychanalyse et/ou à la psychologie me fascine. C’est pourquoi quand ce roman est sorti, je ne pouvais pas passer à côté. De ce point de vue, je dois dire que le roman commençait très bien. Les premiers échanges entre Lisa et Judy montrent bien comment la relation s’établit entre un médecin et son patient. L’auteure aborde cet aspect avec sincérité.
Dommage que l’on ne continue pas sur cette voie. Progressivement, j’ai eu le sentiment que les deux histoires, celle de Judy et celle de Lisa, se dissociaient. J’avais de plus en plus de mal à lier les deux, comme si je lisais deux récits tout à fait différents. Je savais quelle relation les réunissait mais peu à peu c’est devenu moins clair. Pour le formuler autrement, je dirai que la réflexion sur la maternité prend le dessus sur la partie « paranoïa », sur les séances de thérapie. Ces dernières apparaissent alors comme un prétexte, un aspect tout à fait secondaire de l’histoire. J’aurais aimé davantage d’interactions entre le médecin et sa patiente.

Malgré tout, je me suis totalement laissée embarquée par l’histoire et principalement celle de Judy. Cette partie du livre m’a complètement retournée. J’attendais avec impatience de la retrouver pour en découvrir toujours plus. De l’autre côté, la vie de Lisa ne m’a pas laissée indifférente mais presque. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à la doctoresse. Elle se focalise sur ses problèmes et se montre égoïste, notamment vis-à-vis de son mari. A mes yeux, elle en oublie ses priorités. Elle m’a pas mal énervée. 
A contrario, Judy m’a bouleversée. J’ai ressenti beaucoup de compassion pour la jeune femme. Alwyn, lui, a beaucoup attiré mon attention. Dès son apparition il a su susciter ma curiosité. Plein de mystères entourent le jeune homme, je ne peux que vous inviter à les découvrir.

L’auteure laisse son lecteur sur une fin ouverte et, même si certains apprécient cette liberté d’interprétation, je dois reconnaître que je ne suis pas fan. On est libre d’interpréter l’histoire comme on le souhaite, d’imager sa propre fin mais, pour ma part, ce genre de conclusion me hérisse le poil. Je préfère quand l’auteur nous livre sa version, qu’elle nous plaise ou non. Mais bon, c’est un avis très personnel. ^^

Bien que je râle un peu, ce récit m’a complètement happée, surtout celui de Judy. Réalité ? Fiction ? Folie ? L’auteure maintient le flou jusqu’au bout. Pour un premier roman, Melissa Bellevigne fait très fort. La plume est très belle et déjà assurée. Pas de doute quant au fait que les prochains écrits seront meilleurs. Une auteure à suivre.